UN IMMERCURIEN AYANT JOUE A LENS ET ST ETIENNE !

3 février 2015 - 19:11

A 37 ans, Pape Sarr n’a rien oublié de ses passages au RC Lens et à Saint-Etienne. Formé chez les Verts, il rejoint le Racing à l’été 2001. Toujours présent en Artois, l’ancien milieu récupérateur évoque ses 2 ex-formations avant leur opposition ce vendredi. Le Sénégalais en profite pour donner son avis sur l’actualité lensoise. 

Lensois.com : Pape Sarr, tout d’abord, que devenez-vous ? 
Je réside toujours à Saint-Laurent Blangy où je vis paisiblement. Je joue toujours au football au sein du club local, notamment pour m’amuser un peu avec mes amis. Et puis, je n’ai pas quitté le monde du ballon rond puisque je passe actuellement une formation de remise à niveau dans le but d’attaquer mes diplômes afin de devenir entraîneur. Enfin plutôt formateur, puisque je préfère encadrer les plus jeunes, comme la catégorie U15 par exemple.

Ce vendredi, le RC Lens se déplace à Saint-Etienne. Quels souvenirs gardez-vous de vos 2 anciens clubs ?
En tout premier lieu, les 2 publics. Ils sont toujours derrière les joueurs, que ce soit à l’entraînement ou pendant les matches. Partout où nous allions, nous avions le soutien de nos supporters. Ca, honnêtement, ça reste encore dans ma tête. D’ailleurs, j’ai eu l’occasion de retourner à Saint-Etienne voici 2 semaines. Les fans m’ont parfaitement accueilli. Tout comme à Lens lorsque je me rends aux entraînements. Après, je garde en mémoire la 2e place décrochée avec le Racing en 2002, juste derrière Lyon. Parfois même, je me remets la cassette VHS. Avec l’ASSE, j’ai également pris beaucoup de plaisir. Pour moi, il s’agit des 2 grands clubs qui ont compté. Je ne peux les oublier. Ils m’ont tout donné, mes enfants, ma famille…

« Ce Lens manque d’expérience, de cadres »

N’existe-t-il pas encore un regret d’avoir quitté le Forez pour l’Artois à l’été 2001 ?
C’est vrai qu’à Lens je ne jouais pas à mon poste de prédilection. J’étais trop excentré à gauche, contrairement à ma période stéphanoise où j’étais mieux positionné. Il y a un regret dans le fait que j’aurais aimé jouer davantage au Racing. Je donnais tout à l’entraînement en ce sens. Même le coach me disait que je n’avais rien à me reprocher. Mais à l’époque, il y avait d’excellentes individualités. J’étais notamment en concurrence avec Jocelyn Blanchard.

Comment sentez-vous cet affrontement entre Verts et Sang et Or ?
Je pense que nous assisterons à une belle partie. Ne serait-ce que pour les 2 publics. Après, que le meilleur gagne (rires). Je n’ai aucun favori pour cette rencontre. Du côté du Racing, il faudra s’attacher à bien gérer les temps forts et les temps faibles. Je pense que c’est ce qu’il manque encore à cette formation nordiste. Si elle parvient à s’améliorer sur ces points, alors elle pourra envisager une belle 2e partie de saison.

« Je ne pensais pas voir le club en arriver là… »

Quel regard portez-vous sur le Racing version 2014-2015 ?
Cela fait vraiment plaisir de voir autant de jeunes percer. Alors oui, il manque de l’expérience, mais j’aime voir la Gaillette porter ses fruits. Il ne faut pas oublier que l’an dernier, toute cette jeunesse a réalisé une bonne saison. Elle se devait de confirmer en Ligue 1. Et ce n’est pas simple. Après, comme je le répète, il manque de la maturité, des cadres. Et c’est très important d’en avoir afin de te pousser. De mon côté, je me souviens avoir côtoyé Jean-Guy Wallemme à Saint-Etienne. Un joueur de ce style parvenait à nous calmer.

Et un mot sur la situation générale du club ? 
J’ai mal au cœur de voir toutes ces difficultés. Un club comme Lens doit rester en Ligue 1 et intégrer régulièrement le top 10. Mais cela découle d’erreurs commises en amont. De fait, financièrement, les Sang et Or se retrouvent assez mal en point. Je ne pensais pas que ce club puisse en arriver là. Surtout avec un tel public et un président Gervais Martel qui sait parfaitement gérer son club.

Propos recueillis par Laurent Mazure.

Commentaires

LES CLASSEMENTS MIS À JOUR !

A VOS AGENDAS !